Algérie - Cameroun : les supporters qui espèrent la défaite de leur équipe nationale

 

Getty images

La récente Coupe d'Afrique des Nations (Afcon) qui s'est tenue au Cameroun a montré l'amour du peuple pour le football, mais alors que l'équipe nationale se prépare pour un barrage de la Coupe du monde, tous les Camerounais ne veulent pas que l'équipe aille au Qatar, comme le rapporte Tony Vinyoh.

On entend souvent dire que le sport et la politique ne devraient pas se mélanger, mais lorsqu'il s'agit du football au Cameroun, ils sont inextricablement liés.

Le conflit qui oppose depuis cinq ans les séparatistes anglophones au gouvernement central s'est infiltré sur le terrain de football.

Lorsque l'Égypte a battu le Cameroun en demi-finale de l'Afcon, une grande partie du pays a été endeuillée, mais Bamenda, le centre de la dissidence dans les régions anglophones, a explosé de joie. La plupart de ceux qui ont célébré la défaite du Cameroun l'ont fait dans la sécurité de leurs maisons, mais leurs voix ont pu être entendues dans toute la ville.

Sifflets, chants et même acrobaties à moto dans la banlieue de Bambili ont reflété le sentiment de nombreux Camerounais du sud pour qui les Lions indomptables, comme on appelle l'équipe nationale, sont devenus la représentation vivante d'une union qu'ils méprisent.

Parmi ceux qui ont célébré la défaite à la CAN, le Dr Ngwa Ebogo, chirurgien et urologue.

En tant que passionné de football, il est conscient du rôle que joue le sport dans la politique du pays, et de l'impact qu'il a sur la vie de ses patients.

"Ce pays a tendance à utiliser le football pour balayer les questions brûlantes sous le tapis. Ils ont tendance à mettre plus d'argent dans le football parce qu'ils savent que le football est un facteur d'unification", dit-il.

La colère à Bamenda est un revirement remarquable par rapport à 1998, lorsque certains habitants avaient mis le feu aux bureaux du fournisseur national d'énergie du Cameroun en signe de protestation après une panne d'électricité avant que les Lions indomptables ne jouent contre l'Autriche lors de la Coupe du monde de cette année-là.

À l'époque, le mouvement séparatiste camerounais était une campagne clandestine défendue par des fonctionnaires récalcitrants qui envisageaient une retraite anticipée.

Le Dr Ebogo a soutenu le Cameroun jusqu'en 2016, lorsque la crise du sud du Cameroun a commencé. Il pense désormais que les victoires sportives du Cameroun jouent dans la stratégie du gouvernement pour détourner l'attention.

About ACHILLE ROYAL

This is a short description in the author block about the author. You edit it by entering text in the "Biographical Info" field in the user admin panel.

0 Comments:

Enregistrer un commentaire